I was here – concert Beyoncé Paris-Bercy 24.04.13// Pourquoi adorons nous détester Queen B ?

COLUMBIA RECORDS BEYONCE TOUR

Évènement monstre à Paris cette semaine, la Queen B. a investit Bercy pour deux dates uniques, les 24 et 25 Avril dans le cadre de son show The Mrs Carter tour…Fans et médias étaient hystériques. 30,000 places vendues en 5 minutes! Près de 12Millions de requêtes Google autour de ce concert. Wahou! Si j’ai bien assisté à la première date, il m’aura fallu quelques temps pour faire le point et sortir de mon mutisme. L’heure du débrief a sonné.

First thought – le concert de Queen B, le retour de la supa Mummy!

Pour paraphraser un publicitaire très renommé : « si t’as pas fait un concert de Beyoncé une fois dans ta vie, on peut dire que tu l’as raté ». Aussi, à l’annonce de sa venue, je me suis empressée d’obtenir mon ticket (thanks à ma Mumu). Le 24 Avril arrive donc enfin, premier concert de Beyoncé, premier show à l’américaine…Pour avoir vu nombre de vidéos sur you tube, je m’attendais effectivement à du spectaculaire. Plus habituée au concert intimiste du Baiser salé ou du Bataclan, je fus bien sûre éblouie par les multiples tenues de la belle, les chorégraphies ultra millimétrées, les danseuses, le band. 2H de show non stop à danser, à chanter, la belle a tout donné, l’énergie y était. Talent indéniable ! J’ai particulièrement aimé les interludes vidéos où l’on présentait une Beyoncé plus « intime », plus « humaine » aux reflus vaguement « poétiques » (?!).  J’ai, parcontre, été déçue par le son horrible de Bercy (enfin c’est Bercy!) mais aussi devant la pauvreté du décor qui habillait la scène, très petite à mon goût, trop petite pour une « Queen » (Est-ce l’effet Super Bowl ?). Sentiment confirmé après discutions avec des spectateurs qui estimaient ce concert en dessous de ce qu’elle avait fait il y a 2 ans. Mais ne blâmons pas la belle, for god sake, elle a accouché l’an passé et n’est plus toute jeune (31 ans quand même)! Rihanna était également de la partie en tant que spectatrice et semblait aussi fan que nous autres.

Beyoncé Concert 2013

Photo AVRIL BIS 13 003 375062_10200665089725703_1845072746_n

Second thought – Pourquoi détestons-nous Beyoncé ?

Son concert a été largement relayé dans les médias avec des avis positifs et négatifs. Les avis négatifs m’ont particulièrement intéressé. Bien sûr, on est tous mort de rire devant le kitch ultra poussé auquel la belle nous a habitué…Poses suggestives, mimiques ridicules, la guitare qui crache du feu (so déjà-vu!), pleurs sur commande, notamment sur son titre, certes bouleversant « Flaws and all » mais voyons, ça fait déjà 6 ans, elle n’a toujours pas digéré ? Parlons aussi du show ultra (over ?!) chronométré, le même spectacle, les mêmes échanges avec le public : « How you feel  ? » lance t-elle au public français, croate, anglais etc. Beyoncé reste dans son carcan, en bonne « control freak » qu’elle est (elle gère son concert de A à Z – sauf le son de Bercy apparemment -). Peu de spontanéité et donc peu de sincérité. Quoique, j’avoue avoir été « touchée » par la vidéo présentant son documentaire « Life is not but a dream » notamment la scène où l’on voit les ombres, d’elle et de sa petite famille sur une plage de sable blanc, Jay-Z formant un cœur avec ses mains. Oui, très kitch encore une fois mais touchant!

On peut aussi détester Bee pour son arrogance légendaire, moi-même j’avais pris bonne place dans le rang de ses « haters » durant la moitié de sa carrière musicale, et ce, jusqu’à l’écoute de son 2e album « B’day » où j’ai réalisé sa force !

Posons nous un instant avec cette question : quel artiste RN’B féminin incarne mieux la femme moderne ?  Je n’en vois pas d’autres. Au contraire de ses consœurs, Beyoncé ne se cantonne pas juste au discours larmoyant d’un amour déchu. Dans son titre « Suga Mama » , elle ne dit pas: « Don’t worry about my counsellour is waiting on the phone », s’érigeant alors aussi puissante ou égale à l’homme ou encore lorsqu’elle « ose » prendre la place du mâle dans son titre allégorique « If I were a boy » dans lequel elle s’estime capable de faire mieux que l’homme lui-même. On ne compte plus le florilège de ses chansons en hommage à la femme forte des temps modernes « Independant woman », « Upgrade you », Run the world » « Single ladies » « Irreplaceable » ou dernièrement avec « Grown woman », nouvel opus qu’elle nous a présenté lors de ses concerts. Dans ce cas, lorsque l’on possède le talent, la beauté, la richesse, la gloire, en quoi n’aurait-elle pas le droit de s’enorgueillir ? Les rappeurs le font de tout temps, une femme chanteuse devrait-elle se contenter d’être la caricature émotive des femmes d’antan ? Sommes-nous cela aujourd’hui ? Business women, mères au foyer d’aujourd’hui, mère célibataires, qu’en pensez-vous ? Pour ma part, je ne suivrais pas Beyoncé sur toutes ses routes car comme beaucoup, l’overdose B. croise mon ennui très rapidement. Toutefois, à chacune de ses performances, je ne peux m’empêcher d’admirer ce morceau de femme « stand-up-right-in-her-shoes » qui nous enseigne, à sa façon, quelque courage qu’il faut avoir dans la vie pour obtenir ce que l’on souhaite. Si c’est cela l’arrogance, qu’il en soit ainsi ! J’adoube une artiste multi-talentueuse (auteur-interprète-compositrice-productrice) qui a de quoi se vanter et affirmer haut et fort : « I want let my mark so everyone will know that I was here ». N’est-ce-pas le but ultime de tout être humain, à quelque échelle qu’il soit ?

Queen Bee n’a t-elle pas raison de marquer son grand retour en clamant son trône ? A étudier dans le prochain article.

Quelques vidéos et photos de son concert :

Nouveau single de Beyoncé « Grown woman »

Beyonce concert 2013 article-2310873-195B8997000005DC-944_634x620 Beyonce-combinaison-violette Capture-decran-2013-04-25-a-08 Mrs-Carter-Show-Paris

Le documentaire de Beyoncé sera sur NRJ HITS le 29 avril à 21H.

Crédits photos : Cyndie Albert, Muriel Jacquet, moi-même et internet.

Publicités