Interview JUNE, marque ethnique parisienne – PART 2 suite et fin

Dans la première partie de l’interview, on a beaucoup parlé de la marque June Shop, de la vision de la mode portée par la créatrice…Et si maintenant on parlait tout simplement d’elle. Qui se cache derrière le papier glacé? Quelle sa façon de vivre, son esprit « mode »?

Nelly, gérante et fondatrice de June Shop

As-tu toujours ressenti le désir de travailler dans la mode ?
De travailler dans la mode, non, mais de créer oui. J’ai toujours aimé peindre, créer des choses. Ma mère a eu une grande influence, elle est entrepreneur. Je l’ai toujours vu dans l’action, monter des projets. D’ailleurs à l’époque, avant de créer June Shop, j’étais étudiante en Lettres & Philo, je faisais des petits jobs d’étudiants, c’est lors d’un de mes jobs d’été que j’ai rencontré Julie, la co-fondatrice de June, on a sympathisé et comme on aimait toutes les deux l’Afrique et sa culture, la mode, on a débuté notre collaboration. Au début, on a commencé avec des sacs de plage car c’était le plus simple à faire et au fur à mesure on a complexifié les coupes et lancer des collections.

Donc tu es une autodidacte, peux tu nous faire partager quelques expériences ?

Pour mes premiers RP, je ne savais même pas comment ça fonctionnait. Je suis allée au Relais H, j’ai pris tous les magazines, j’ai demandé au vendeur pour pouvoir noter tous les noms des rédactions, de Vogue à Télérama. Je les ai ensuite appelé pour leur parler de notre défilé, leur demander ce dont elles auraient besoin: invit’, tenues… Je ne savais pas que ça ne faisait pas dans les rédac’ de mode mais finalement, je finissais par atteindre mon but. C’est comme cela que j’ai intéressé une journaliste de Télérama, elle trouvait ça amusant, elle est venue à la boutique et a écrit un article sur notre magasin. Je me dis toujours que ce n’est que de la mode, il ne faut pas prendre ça trop au sérieux, je n’ai pas inventé la fusée à réaction non plus et ce, même si c’est ma passion! On fait les choses avec plaisir, pour faire plaisir. Mon but c’est de voir mes vêtements portés, quand je croise une femme dans la rue avec une de mes vestes, je suis heureuse.


D’où te viennent tes influences ?
Je n’ai pas vraiment d’influences mode mais plutôt d’époque, comme les années 80 qui est ma période bénie: la culture, les grandes icônes de musique, Prince ou Mickael Jackson. Prince était énormément looké mais sans faire appel à des maisons de style comme le font aujourd’hui les starlettes qui sont juste des porte-manteaux. On était plus dans une optique de se « styliser soi-même ». La veste de  MJ, on ne connait toujours pas le nom du créateur ! J’aime aussi la mode européenne des années 60 car je trouve que cela valorisait énormément le corps de la femme: les jupes genoux, les formes tulipes…C’est la mode qui s’adaptait à la femme et pas l’inverse et c’est ce que j’aime. Aujourd’hui, nous sommes dans un processus où c’est à nous de nous adapter à un vêtement, la preuve en est, les femmes qui se mettent au régime pour rentrer dans leurs robes. Alexander McQueen était aussi une source d’inspiration, Lacroix pour ces imprimés, mélange toujours très audacieux et expressif ou JP Gaultier.  Je m’inspire beaucoup des figures culturelles, les gens dans la rue…Jouer sur la figure, plus que sur le modèle, par exemple le boubou, je vais garder le côté traditionnel du boubou uniquement sur le haut du vêtement. La culture asiatique m’influence également beaucoup.

Justement on retrouve souvent dans tes collections l’incontournable kimono ou pantalon japonais, pourquoi cela ?
J’aime beaucoup car c’est une coupe qui va à toutes les morphologies, on peut le draper. Le fait d’avoir une coupe épurée en parallèle des tissus très expressifs ça fonctionne mieux, c’est plus simple. Pas besoin d’en rajouter.

A part la mode, tu réalises d’autres activités ?

Je travaille aussi avec des associations ou des institutions qui me contactent pour me commander un défilé ou une prestation. Par exemple, j’avais travaillé avec une association qui agissait pour l’insertion professionnelle des jeunes et j’étais intervenue dans un collège car beaucoup d’élèves voulaient faire des métiers artistiques. Je leur avais parlé des réalités de ce milieu, leur ai présenté mon vécu. L’objectif ici, était de leur donner une expérience professionnelle venant de quelqu’un qui leur ressemble, qui n’aurait pas forcément le background ou les codes de la mode.  Avec les nouveaux médias et les séries télé, on donne souvent l’impression qu’évoluer dans la mode est facile alors que ce n’est pas du tout ça. C’est aussi toujours plaisant d’échanger avec des plus jeunes, avoir leur point de vue. Pour les amuser, on a fait un défilé, on les a maquillé et les filles ont défilé devant leurs camarades de classe.

Quel est le style de Nelly ?
La couleur apporte de l’humeur, il me faut toujours une touche de couleur. Je me sens terne sinon, ça peut être soit dans le rouge à lèvres, soit par le vernis, par exemple.

Pour finir, peux tu nous dire quelle est la journée type de Nelly ?
Emmener le petit à l’école, les envois postaux le matin, puis le travail sur les commandes, les sur-mesures, traiter les mails…L’après-midi : RDV, recevoir les clientes, puis aller chercher le petit et m’occuper de lui jusqu’au coucher et le soir, c’est la création. Je travaille beaucoup mais je ne m’en plains pas, ça fait partie de ma culture, j’ai toujours vu ma mère s’affairée, elle s’occupait de nous (on était 4), montait des business, allait en cours. Elle a été un bel exemple. Pour le moment c’est une étape de ma vie où ce rythme me convient.

Pour faire les soldes en s’amusant, profitez d’une soirée spécialement dédiée à la femme VENDREDI 27 JANVIER à la belleviloise « Je suis bonne, je suis une femme » Vous y retrouverez la marque June Shop avec des supers promos, vous serez également chouchoutées: massage, body painting, sérigraphie, défilés…Tout pour vous faire plaisir…ah oui j’oubliais la chanteuse Ebony Bones sera en guest star!

Et toujours chez June Shop, profitez d’offres promos exceptionnelles -15 à -50% sur des pièces de créateurs. A ne pas rater!

http://www.juneshop.bigcartel.com/

Publicités