Concert JILL SCOTT, débrief – THE EXPERIENCE OF 2011!

Les puristes de la Néo-Soul reconnaitront l’auteur de ces chansons…PETIT CADEAU DE NOEL pour me faire pardonner ma longue absence, je vais vous conter « THE EXPERIENCE », le concert de Jill Scott, le 6 Décembre 2011 au Bataclan, Paris. AWESOME!

J’avais déjà vu la diva se produire sur scène il y a quatre ans pour son précédent album « The Real Thing ». Jilly, encore damaged par son divorce nous avait livré une belle performance teintée de ballades. Elle avait partagé avec nous ces craintes pour l’avenir, son divorce douloureux mais semblait toujours confiante au sujet de l’amour. Les années sont passées, la belle s’est écartée de la musique pour se consacrer à l’acting (cinéma), a changé de maison de disque et s’est métamorphosée…Physiquement d’abord, (l’adepte du naturel, s’est défrisée les cheveux & a perdu 29 kilos), s’affiche comme une vamp sur ses pochettes d’albums. Musicalement ensuite, je n’ai pas été très convaincue par ce dernier opus, tout comme le précédent d’ailleurs (et oui, je suis toujours dans le blues de son premier album « Who’s Jill Scott » qui reste pour moi le meilleur album au monde – j’en reparlerai dans un prochain post).

Mais bon, Jill reste ma favorite, je ne pouvais manquer son concert. Jill Scott, Erykah Badu et D’Angelo, ambassadeurs de la nouvelle soul, sont comme le triangle d’or: les 3 artistes à ne JAMAIS manquer à chaque déplacement sur Paris. D’ailleurs, mon billet pour D’Angelo est dans ma poche les enfants, je vous raconterai la suite dans un prochain post.

Mais cette fois ci, elle nous a servi THE MOMENT! Le concert du 06.12.11 reste dans les annales tellement il fut Higher level. Bon, la belle nous a fait attendre 1h30 en tant que bonne américaine qu’elle est, mais l’attente en valait largement le coup. Dès son entrée, Jilly nous a mis la pression, elle nous a happé dans une sorte d’euphorie musicale générale/ un virus qui a contaminé toute l’audience s’infiltrant dans nos corps, nos « soul ». Impossible de ne pas bouger, de ne pas danser, pendant 2h elle ne nous a donné aucun répit, nos cœurs battaient aux rythmes de sa musique. She took our breath away.

Je me souviens de son entrée en chanson tonitruante. « Shame » a donné le ton de la soirée, les sons s’enchaînaient, up-tempo to up-tempo. Son medddley « Crown Royal/So Gone »  nous a rappelé à quel point Mme Scott est sexy en diable et sait jouer de ses charmes. En grande prêtresse, la belle s’est essayée à un « tourné de rein » devant son band (exclusivement masculin, y compris les choeurs) et nous, public médusé…Attention rien de vulgaire…Sexy mais toujours dans l’autodérision, car la belle comme toujours se livre à nue, coquine, drôle et toujours sûre d’elle-même. A strong woman who teach you a piece of life, I’m telling you! Le choix des chansons interprétées ce soir là n’était pas anodin et reflétait totalement l’état d’esprit dans lequel elle était. L’essentiel du répertoire prônait la confiance en soi, une touche positive, un exemple à suivre pour les femmes quelque soit leurs morphologies, Jilly from Philly, 90 kilos, high on her heels, était plus confiante qu’une mannequin Playboy en bikini!

Autant vous dire que notre ambassadrice de la nu soul s’est révélée sous un nouveau jour à mes yeux, si j’ai douté un moment de son intégrité artistique, je dois dire qu’elle est revenue au TOP 1 de ma liste après cette « expérience musicale ». Elle est mon grand coup de foudre musical 2011, je la proclame donc REINE DE LA NU SOUL.

2h à chanter, à danser, le T-shirt trempé, les yeux pleins d’étoiles, les cordes vocales HS, je m’en suis retournée chez moi, les oreilles full de JILL SCOTT. Sur un petit nuage, je n’ai pu re-descendre qu’une semaine après…et avec fierté, j’ai pu dire: j’y étais et j’y retournerai volontiers!

Merci à mes deux « photographes officielles préférées »: Leila Albert et Muriel Jacquet qui ont couvert l’évènement. Big up special pour Leila qui a eu la chance de « toucher » la main de la Diva, chanceuse!

Et big up aussi à ma comparse de danse Mumu qui a autant hallucinée que moi pendant ce concert mémorable!

Publicités